PNW’13 – Day 11 – Vancouver

Couché tard, levé tard. Un marteau piqueur essaye de me réveiller à 8h mais je ferme la fenêtre et je rempile. Je réémerge à 10h. Dieu que ça fait du bien. Dire qu’il est 19h en France, plus de doute j’ai bel et bien absorbé le décalage horaire. Je démarre gentiment, checke mes mails dans le lobby de la résidence et part au Museum of Anthropology passé 11h. UBC c’est une ville dans la ville, ou plutôt au bout de la ville, qui ressemble à la ville de Truman Show. Tout est beau, vert, bien rangé, les gens à la mode, paisibles, polis, souriant, les voitures propres et bien garés. D’ailleurs ici toute la zone est payante pour le parking, une obsession dans cette ville. Je trouve un petit parking planqué pour le staff mais bon je suis français donc j’ai le droit.

Le MoA est un musée dédié en partie aux nations locales, les Haida, les Kwakwakl’wak et autres. Je découvre une culture que je ne connaissais pas, dont les héritages les plus visibles sont de beaux totems et de belles sculptures. Un tour guidé m’aide à déchiffrer un peu les figures des totems et à comprendre la culture locale. Il s’agit des premières tribus de la région, qui vivaient surtout de la mer. Tout ce qu’on sait d’eux a été transmis par la tradition orale, un peuple avec une langue mais sans alphabet. Une maison Haida a été reconstituée avec les méthodes traditionnelles, avec un totem accolé au fronton. C’est toujours impressionnant de voir de quelle architecture étaient capables les Anciens, avec peu d’outillage et pas de moyen de levage. On trouve pas mal de ressemblances je trouve avec les formes, architecture, façons de faire qu’on peut trouver en Polynésie, Nouvelle-Zélande ou plus globalement dans le Pacifique, sauf que là les divinités sont les ours, les aigles, les corbeaux, les castors, les loups ou les baleines. Le musée ne se limite pas qu’à cela et couvre toutes les civilisations, avec un focus sur les «arts primitifs» et les premières civilisations. Très beau musée.

Haida House at MoA

Haida sculpture at MoA

Je ravitaille et me décide à aller voir ce qui se passe au centre-ville. Pour ce faire j’emprunte le NW Marine drive qui longe la baie de Burrard, bordé de quelques plages sur lesquelles les Vancouvérois se prélassent déjà en cette belle journée ensoleillée. La vue est assez étonnante. Au premier plan des filles en bikini, de la belle eau bleue, un peu plus loin un porte-containers qui fait chemin vers le Pacifique, sur la droite le béton et le verre de la skyline de downtown Vancouver, qui se termine par une île de verdure sur le parc Stanley et pour boucler le panorama une majestueuse chaîne de montagnes en arrière plan dont on imagine que les sommets étaient encore enneigés il n’y a pas si longtemps. Oui, Vancouver fait partie de ces villes dont on se dit assez vite qu’on pourrait y vivre…

Vancouver & Burrard Inlet

Je m’arrête près du musée Maritime, gare la voiture dans une zone résidentielle, indiqué « 2h gratuite ». Rare dans cette ville, je prends. Je vois de l’ombre sur le coté opposé de la rue et y laisse la voiture. Je fais mes photos, un petit tour de 15min, même pas, mais quand je reviens je vois un mec à vélo affairé à proximité de mon véhicule. C’est un cyclo-flic beau, sportif, poli, souriant, bien rangé, et il m’a bien mis une prune parce que au choix 1) je suis garé à contresens du trafic (?!what ?!!) 2) je suis garé du coté de la rue pour lequel il faut un permis (???re-what???!!!)… Je lui explique que pourtant là c’est marqué gratuit, mais là c’est là et ici c’est ici, et ici c’est pas là. Et de rajouter « je sais bien qu’en France vous vous garez n’importe comment mais ici c’est pas comme ça ». Oui alors bon tu causes pas de la France comme ça mon garçon, même si tu as tout à fait raison, this is not a method, this is provocation, if you want I can go back in my plane comme le disait ce bon vieux Chirac. En résumé, si j’étais resté de mon coté de la rue plutôt que de viser l’ombre de l’are du côté opposé, j’aurai économisé 50 dollars. Bon, à vrai dire je n’ai pas vraiment l’intention de la payer, on verra.

MOV, Museum of Vancouver

Je vais ensuite visiter Granville Island, sous le pont de la rue du même nom qui mène à Downtown. Après avoir trouvé une place qui m’a l’air toute autorisée (je vérifie trois fois, ils ont réussi à me rendre parano), je constate que ce coin pourtant recommandé est un melting pot bizarre, à la base marché public et marché de poissons. Et avec ça une marina et le siège d’une entreprise de camions-toupie. Tourisme aidant c’est devenu le coin des artistes chébrans et des attrapes touristes en tout genre. Même le marché public ressemble plus à un food court qu’autre chose. J’écris vite deux cartes et passe mon chemin, direction downtown. Le centre-ville est tout à fait américain dans le style, on reste en terrain connu. Je fais un peu de GoPro dans les rues, en passant par le stade Olympique et Chinatown, qui a l’air d’être sérieusement malfamé. En regardant le ciel entre deux buildings je me dis que ce serait quand même une super journée pour voler, et je me mets en tête d’aller faire un tour de Beaver sur la ville. Sans plus tarder, je retourne vers Canada Place, paye ma place de parking, et fonce dans « l’aérogare » qui surplombe les pontons.

Streets of Vancouver

Canada Place

Vancouver seaplanes harbour

J’arrive au guichet, demande s’il y a moyen de faire un petit tour en Beaver, genre baptême de l’air. Elle me dit que je tombe bien parce que justement il y a un tour qui part dans 1/4h avec une place de libre. Elle doit juste vérifier à la radio s’ils ont déjà embarqués. Je croise les doigts : non c’est bon ils m’attendent.  Je jouerai au loto plus tard, j’ai un avion à prendre. Je les rejoins et discute avec le pilote en chemin, on embarque, et je me retrouve en place avant, sans avoir joué des coudes. Je suis verni. D’une poussette le mécano écarte le Beaver du ponton, ça démarre, un bon gros ronronnement de Wasp Jr., c’est parti pour 20 min. On remonte un peu le plan d’eau vers l’ouest, un Twin Otter amerrit en face, mise de gaz, ça vrombit sévère et hop on décolle face à l’ouest. On enroule Stanley Park main gauche, la baie des Anglais, puis on zig-zague sur la ville vers l’est. La visibilité est parfaite, on voit le Mt Baker au loin, l’aéroport, la montagne Grouse au Nord, le port marchand qui déroule sous les ailes. Ca passe très vite et on est déjà en direction du plan d’eau. Un message à la radio et on plonge à -1000ft/min au-dessus du port. Vingt minutes, c’est vingt minutes. On pose devant Canada Place, en on arrive sur les pontons en faisant face aux buildings de la skyline, contraste de modernité et de techno «plus anciennes». J’ai bien fait mon touriste, j’ai la banane pour la journée, mais le promène-couillons est loin d’être l’activité principale ici. Il s’agit d’une vraie aérogare, avec de véritables compagnies et des lignes aériennes tout ce qu’il y a de plus commerciales. C’est le moyen le plus efficace ici de desservir la multitude d’îles semées tout le long du détroit du Géorgie et le Puget Sound. Les avions sont pleins et ne restent jamais à quai très longtemps.

Twin Otter

Beavers

Vancouver & Seaplane

My ride

Seaplane, the port, Mt Baker

Short Final in the Beaver

Vancouver

Je shoote un peu les mouvements depuis l’escalier qui surplombe les pontons, la lumière est idéale. Je pourrai rester là un bon moment mais mon ticket de parking expire. Je reprends la voiture direction Stanley Park, un joli poumon vert au nord de Downtown, une autre île, parcourue à pied, en courant, en pédalant, en patinant, en skideroutant, en longboardant et par les familles en balades. C’est le coin balade détente de la ville et il y a un gros trafic bien organisé, chacun à sa voie, les vélos, les rollers, les piétons. Il faut dire que le coin s’y prête, la vue sur la ville est splendide. En faisant le tour, on voit les cargos aller et venir du port marchand, et ou plus au nord pour récupérer des matières premières, dont deux beaux tas de soufre bien jaune, du bois, etc. Vancouver semble partout hésiter entre qualité de vie / espaces verts et business / métal. Le mélange est toutefois bien réussi. Je comprends mieux pourquoi elle figure souvent dans le top 3 des villes où il fait bon vivre. Mais les promoteurs l’ont bien compris et vivre ici, ce n’est pas gratuit.

Totem poles at Sidney Park

Brockton Point Lighthouse

Je fini le tour de Stanley Park par la route à sens unique. On plonge dans la forêt, on ne croirait pas être à 5min des gratte-ciels. Puis on arrive sur Third and Second Beach, sur la baie des Anglais, où les gens viennent passer la journée ou la fin de journée pour se détendre. Il n’est pas très tard, mais je dois me coucher tôt pour le ferry demain à l’aube alors je rentre. Je m’arrête manger chez Tim Hortons en chemin, soit disant spécialité canadienne, je n’y trouve rien de particulier. Dernière nuit à UBC, le temps de curée continue, un beau coup de soleil dans la nuque. Demain levé 4h15 pour attraper le ferry.

Vancouverskyline & Canada Place

Retrouvez toutes les photos ici et ici

Vancouver

Vancouver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *