Le Rêve Américain – Part XIII – Zion & Las Vegas

Encore levé tôt ce matin : la camping c’est sympa mais va falloir que ça s’arrête, je suis sensé être en vacances, pas me lever deux heures plus tôt que quand je bosse ! Bref, je sors la tête de la tente, et il fait frais mais ça va. Par contre un joli voile blanc couvre le ciel. Ca va être le jour ou se vérifie le vieil adage : « Pas de lumière, laisse l’appareil photo au vestiaire ». Bon ben tant pis, on va pas se plaindre après deux semaines de ciel bleu. Je commence la journée par une balade à travers les formations de Bryce Canyon. C’est déjà quelque chose vu d’en haut, mais quand on marche et que le sol change de couleur au fur et à mesure qu’on descend, et qu’on est surplombé par ces grandes colonnes qui semblent assez fragiles, c’est encore mieux. De timides rayons de soleil viennent donner un peu de relief à tout ça de temps en temps. Un bout de la balade fait traverser « Wall Street », qui est une sorte de couloir ou les parois semblent se rejoindre au-dessus de votre tête. Bizarrement, un arbre arriver à pousser ici ou là.





11h, je quitte Bryce Canyon et reprend la route direction Las Vegas, 400km à l’Ouest. Sur le chemin, en suivant le cours de la Sevier River, on arrive sur le dernier parc de la série : Zion National Park. C’est un petit parc, au Nord du Grand Canyon, et encore différent des autres. Zion, c’est un canyon creusé par la Virgin river (pour la signification des noms locaux, je vous rappelle qu’on est en Utah, l’Etat des Mormons et de l’Eglise de Jesus et des Saints des Derniers Jours…), comme le Colorado a creusé le grand Canyon. Mais ici, les parois sont quasi-verticales et le fond du canyon relativement large et plat. On arrive par une magnifique route qui serpente à travers quelques mesas, on passe un tunnel creusé en 1930 pour les voitures de l’époque, ce qui s’accommode assez mal des campings-car d’aujourd’hui. C’est donc un ouvert dans un sens, puis dans l’autre, et on roule au milieu sous la voute.

Contrairement aux autres parcs qui peuvent quasiment se visiter complètement en voiture, à Zion on pose la voiture sur un grand parking et on monte dans un bus-navette qui marche au gaz naturel et qui parcourt une boucle d’une vingtaine de kilomètres à travers le Canyon en une heure et demi. Bon bien sûr on peut descendre du bus et se taper une rando mais j’ai joué le feignant, pas trop le temps (on devrait jamais dire ça en vacances !).



Il y a encore de la route jusqu’à Vegas. Je sors d’Utah, regagne une heure, traverse un petit bout d’Arizona et nous revoilà en Nevada. Je sors de l’Interstate un peu avant Vegas, histoire de passer devant Nellis AFB, sensée être une des bases aériennes les plus actives du monde. C’est là entre autre qu’ont lieu les exercices inter-alliés Red Flag. Et bien pendant la demi-heure nécessaire pour en faire le tour, j’ai pas entendu une seule postcombustion, même pas un Cessna en l’air. So much pour Nellis, je passe mon chemin.

Et là c’est le choc, pour rejoindre le Strip, je passe par North Las Vegas. Je suppose que personne ne passe jamais à North Las Vegas d’habitude, et préfèrent l’Interstate qui la contourne, parce que sinon tout le monde s’enfuirait en courant, et c’est ce que j’ai failli faire ! North Las Vegas, c’est un peu l’envers du décor de sa grande sœur : pauvreté, saleté, misère. Ici toutes les enseignes sont en espagnol. Je suppose que c’est dans ces quartiers que vit l’immense communauté hispanique qui est employée à servir les centaines de casinos et hôtels de Las Vegas. Pas joli joli, et quand on vient de passer cinq jours dans le monde de Disney en plein air, avec les petits oiseaux et les petits écureuils au milieu de paysages fabuleux, le contraste pique les yeux assez sévèrement.

A peine arrivé à Vegas et au retour à la civilisation, que j’ai envie d’en repartir aussi vite ! Je laisse vite North Las Vegas derrière moi, et continue sur Las Vegas Blvd, alias le Strip, accueilli par la Stratosphère Tower. Au sommet de celle-ci, des attractions « adrelanine-rushing » genre on vous fait tourner à tout allure au dessus de 150m de vide…

Ca y est j’arrive enfin dans la partie touristique, et touristes il y a ! Quel monde. Et quelle ville ! C’est du grand n’importe quoi en mode génial. On l’appelle Sin City, moi je dirais plutôt Fake City. Tout y est factice, on laisse sur sa droite le Pont des Soupirs au Venezia, la tour Eiffel, la Statue de la Liberté. Il y a des bikers sur des Harley-Davidson de folie partout dans les rues, se frayant un chemin à travers les limousines, versions berlines, Hummer, pick-up, que sais-je encore. Après avoir traversé l’Utah, cette ville ressemble à un exutoire géant pour tout la moralité de l’Amérique.

Mais ce n’est pas la ville pour les amateurs de photo en goguette solo. Las Vegas, c’est fait pour faire la fiesta entre potes. Et dans ce cas, ça doit être absolument génial. Sinon, ça ressemble à un mauvais rôle dans un grand décor de cinéma. Histoire de quand même immortaliser ça, je me fais le Strip de nuit avec le trépied pour ramener quelques trucs pas trop flous…






J’en repartirai finalement aussi vite que j’y suis venu. Demain, je reprends l’Interstate pour rentrer en Californie, rejoindre Los Angeles et commencer mon retour tranquillement vers Frisco..


Cliquer ici pour rendre la carte interactive
Agrandir le plan

4 commentaires

  1. Salut Robin,

    Moi pour Vegas, je n’en pensais pas moins… Et oui grand flo, pourtant tu n’as pas écrit le matin :p Effectivement c’est factice (ca m’avait rendu très mal à l’aise) et puis le reve américain n’est pas pour tout le monde…

    La première série de photos est encore une fois superbe, et nous permet de voyager un peu avec toi. Dommage qu’on ait si peu de photos de toi (on a bien eu tes pieds plusieurs fois) pour vérifier que tu n’as pas pris 100 kg 🙂

    Bonne continuation, profite bien des tes derniers jours là-bas. Ici c’est moins glamour: examens divers (météo, instruments, méca vol et systèmes…)!

    A bientôt, Pierre

  2. Quand j’ecrivais "je n’en pensais pas plus", c’etait de Vegas et non un comparatif de ce que je pense par rapport aux ecrits de Robin. Je me suis mal exprime. Tu verras, Pierre, apres 2-3 ans en UK, tu perdras aussi un peu ton francais… 🙁 tu seras au moins atteint de vandaminite 🙂

    -Dommage qu’on ait si peu de photos de toi (on a bien eu tes pieds plusieurs fois) pour vérifier que tu n’as pas pris 100 kg
    >>Regarde Part V, il arrive a s’envoyer facilement en l’air… donc je ne me fais pas de soucis. Et apparemment, les fast-foods n’ont pas envahi le desert 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *