Le Rêve Américain – Part XII – Bryce Canyon

Encore une belle nuit au clair de Lune, mais achevée tôt, car encore une fois je veux profiter des premiers rayons du soleil pour éclairer deux édifices qui étaient en contre-jour hier après midi : Landscape Arch et Double Arch. Levé 6h45, à 8h j’étais au pied de Landscape Arch, après avoir déjeuner, plier le campement et trotter une petite demi-heure pour arriver à l’arche.

J’ai bien fait de revenir, car elle est nettement plus belle ce matin. Et plus fine aussi. Ainsi éclairée, elle révèle toute sa fragilité. En 1991, un énorme bloc de 60t se détacha du milieu, la laissant encore plus fine qu’avant. L’érosion ne s’étant pas arrêtée à l’ouverture du parc, il est vraisemblable qu’un jour elle s’effondre complètement. Mais l’érosion ne s’étant pas arrêtée, de nouvelles arches naissent encore… Je tire ensuite le portrait à Double Arch, au nom assez équivoque…



Ensuite, de nouveau dans la voiture, et on tire plein ouest, direction Bryce Canyon. Pour ce faire, on traverse 500km d’Utah, avec toujours des paysages d’une variété rare et peints avec une palette de couleurs sans pareil. L’autoroute passe deux cols à plus de 2000m. AU fur et à mesure que je me rapproche de Bryce, la végétation reprend le dessus et au final on arrive par une vallée très verte, le long de la Sevier River. Finie la terre rouge…


En fait non ! Au pied de Bryce Canyon se situe Red Canyon, au nom tout aussi équivoque. En fait le coin est truffé de failles géologiques, et les différentes couches peuvent ressurgir n’importe où. Et c’est effectivement le cas de Bryce Canyon. Comme à Grand Canyon, on retrouve à Bryce tout un éventail de couches géologiques de variétés différentes et donc de couleurs différentes. Mais à Bryce, cette variété de couleurs joue dans des tons allant du rouge au blanc, via un subtil dégradé de nuances de rose, d’orange et d’ocre incroyables. Ce n’est pas un très grand Canyon par rapport à Grand Canyon, mais tellement plus beau ! Ici, pas de fleuve pour sculpter les reliefs, mais uniquement la pluie et la neige. Il faut dire qu’ici on est haut. Le camping est à 2400m, et le bout de la route à presque 2700m. Et ici, le travail de l’érosion a donné un résultat encore différent de celui de Grand Canyon, Monument Valley ou Arches. Ici, la pluie a sculpté des colonnes – Hoodoos en local – qui s’alignent les unes à coté des autres, comme une forêt pétrifiée. La légende indienne veut que ce soit un peuple mauvais qui a été pétrifié par le Grand Coyote pour punition.




Je fais le tour des points de vue en voiture, car je suis arrivé en milieu d’après midi et ça ne me laisse pas le temps de me lancer dans une excursion à pied. Peu importe, je me garde ça pour demain matin, encore un lever de soleil. Enfin si le Grand Coyote le veut bien, parce qu’un joli banc de cirrus annonciateur de rien de bon s’est installé en fin d’après midi, et il est fort probable que du mauvais temps passe par là dans pas très longtemps. Et à cette altitude, ça veut dire de la neige… On va encore déclencher le plan grand froid cette nuit !





Cliquer ici pour rendre la carte interactive
Agrandir le plan

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *