Wish You Were Here


Juste une petite brève pour signaler la disparition hier de Richard Wright, le claviériste du groupe Pink Floyd. Peut être pas le membre le plus éminent, parfois même en marge, mais pourtant un membre incontournable. Ses influences jazz, son calme, sa discrétion sont sans doute à l’origine des morceaux les plus fins du Floyd, comme Summer ’68 et bien évidemment la plus belle mélodie au piano sur un album rock : The Great Gig in the Sky. Il contribua aussi notamment à l’introduction du synthétiseur qui fit la marque de groupe sur les albums de la période Atom Heart Mother, Meddle et Dark Side of the Moon. Richard Wright s’est éteint hier des suites d’un cancer à l’âge de 65 ans. So long, Richard.

3 commentaires

  1. Shit. On ce dit toujours que ces gars sont immortels… mais en fait comme tu le dis si bien, on n’oubliera pas Great gig in the sky… (endroit où il a enfin retrouvé son pote Syd… ) et donc Nick doit bien être devenu un peu immortel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *