Le Rêve Américain – Part XI – Arches National Park

Ce matin levé 6h30, parce que le programme de la journée s’avère chargé. En sortant de la tente, je découvre un magnifique levé de soleil sur Monument Valley ! Mon sang ne fait qu’un tour, je saute direct dans la voiture pour aller tirer un panoramique de ce spectacle magique.

De retour au camping, je plie la tente vite fait, profite du WiFi (il y pas de réseau GSM, mais il y a le WiFi dans ce coin du monde, c’est fun) et hop direction Arches National Park. En partant de Monument Valley, j’emprunte une route qui part à l’Est, et en regardant dans le rétro, cette vue me dit quelque chose. Quizz : où l’avais-je déjà vu ???

Quelques étapes sur le chemin toutefois. Premier arrêt à Gooseneck State Park, un surplomb qui donne sur le canyon de la San Juan river, qui serpente en dessinant de méandres profonds et réguliers. Et quand je dis serpente, ça serpente : en 6 miles de rivières, elle n’a avancé que d’1,5 miles.

Je poursuis ensuite sur une petite route recommandée par le Routard : Valley of the Gods, sorte de mini-Monument Valley. Arrivé à l’embranchement, je me rends compte que la route est en fait une piste… Bon, pourquoi pas, je sais changer une roue, donc ma petite Hyundai ça va être le moment de montrer ce que tu as dans le ventre. Et là je suis bien content de pas avoir eu une Mustang, parce que je l’aurai achevé sur cette piste. Au début ça allait bien, 40 MPH facile, mais tout s’est compliqué lorsque la route, pardon la piste, à commencer à ressembler à des montagnes russes, avec des passages à gué, des bosses que j’ai cru que j’allai resté posé en équilibre etc. Mais bon, Titine n’en n’a fait qu’une bouchée, bien pilotée il est vrai. Et Valley of the Gods dans tout ça ? Et bien effectivement, c’est une mini Monument Valley, et il vaut à mon humble avis mieux faire ça avant qu’après. C’est toutefois très joli, mais pas aussi majestueux que l’autre.



Je reprends la route direction Moab, ville au pied de Arches National Park. De fait je traverse 300km à travers l’Utah et rien que les paysages valent le détour. On trouve tous les reliefs, toutes les couleurs, toutes les végétations, toutes les textures. C’est assez incroyable. J’arrive enfin à Moab sur les coups de midi, et en profite pour ravitailler Titine et son conducteur.


J’entre ensuite dans le parc, et là encore, quel spectacle ! Ca ne s’arrête donc jamais ? 🙂 On retrouve la même roche qu’à Monument Valley, la Navajo Sandstone, qui donne cette poussière rouge partout, avec ces magnifiques reflets sombres. Mais les reliefs sont différents. Ca ne ressemble à rien d’autres. Ici encore l’érosion à fait son travail d’artiste, mais pas avec la même patte qu’à Grand Canyon ou Monument Valley. Ici, une sous-couche de sel instable à fait craquer la croute rocheuse et l’a séparé en lamelles. L’eau a ensuite attaquer la roche et l’a creusé, sculpté, modelé, pour obtenir des résultats incroyables : un caillou de 3500t Ranger sinon on ne retrouve pas son chemin et des arches évidemment, d’où le nom du parc. De toute sortes : des fines, des longues, des massives, des fines, des aériennes.



Je parcours tout ça une première fois en faisant mon chemin vers le camping qui est au milieu du parc. Le site du camping est en lui-même somptueux. Je plante ma tente au pied d’un de ces monolithes rouges. Je m’en vais ensuite me balader à pied vers les différentes arches du parc, qui ont chacune leur petit nom. Landscape, Tunnel, Navajo, Partition, Double et bien sûr Delicate, la plus connue, et symbole de l’état de l’Utah.



Pour cette dernière, je prévois d’y aller pour le coucher du soleil, en espérant que la pleine Lune pointe le bout de son nez au dessus de l’Arche comme la veille à Monument Valley. Je prends mon sac photo en prévision, et commence la grimpette. Car autant pour les autres, la route amène quasiment au pied des arches, autant pour Delicate il faut crapahuter un peu. Elle se mérite. C’est la fin de journée, et j’oublie de manger un truc avant de partir, et du coup je me galère un peu sous le soleil pour arriver au bout. J’y arrive enfin et le spectacle est en encore une fois au rendez-vous. Delicate est seule au milieu d’un grande amphithéatre rouge-orange, comme si elle faisait son show, avec tout le monde assis autour d’elle, en attendant les derniers rayons du soleil. Derrière Delicate, rien. Ou plutôt si : une chaîne de montagne enneigée, un peu plus loin. Un bon résumé du coin. Je me trouve un coin sympa en attendant la Lune, mais celle si se fait attendre. Un peu trop à mon goût, car la lumière baisse et il faudra refaire les 3km de balade dans l’autre sens, et bien sûr ma torche est bien au chaud dans le coffre de la voiture.



19h45, je prends mes clics et mes clacs, tant pis pour la Lune, j’ai pas envie de passer la nuit ici. Je descends de mon rocher et essaye de m’habituer à l’obscurité. J’y arrive assez bien, mais tout de même, marcher de nuit sans lumière sur un chemin qu’on ne connait pas, et qui n’est balisé que par des cairns (vous savez, ces tas de cailloux plats empilés les un sur les autres), et bien autant c’est marrant sur 100m, autant ça devient vite une expérience intéressante, et un test de confiance en soi sur les 2900m restant. Heureusement, la Lune s’est enfin levée et vient éclairer le chemin de son obscure clarté comme disait l’autre. Retour au camping sur fond de Dark Side of The Moon, parce que définitivement, ici, on est n’est pas sur Terre.


Cliquer ici pour rendre la carte interactive
Agrandir le plan

11 commentaires

  1. Ouille! Ca va pas de m’eblouir ainsi du matin! 🙂
    Bon, c’est valable pour tout, mais c’est MA GNI FIQUE!!!

    Juste une chose: c’est normal que j’ai eu le theme de "il etait une temps dans l’ouest" dans la tete en lisant les 3 derniers articles?
    (si je me souviens bien, c’est: do la si la sol fa…)

  2. Amazing! Magic! Fantaaaastic! Great! Bien cool bonhomme! Moi je continue à faire mes trois "miles" par jour sur mon tapis roulant en rêvant de jours meilleurs……..et à essayer de comprendre mon irlandais de collocataire…….. :p c moins exotique mais tout aussi exténuant! 😉

  3. Merci, Robin pour ces photos : ça me rappelle d’excellents souvenirs ! On avait fait à peu près le même parcours que toi au milieu des parcs nationaux (sans Frisco et San Diego, on avait atterri à Vegas…) en 1995 et ben, c’est toujours aussi beau 😎
    En ce qui concerne ton quizz, c’est un film français ? J’ai souvenir d’une liste des films qui ont été tournés à Monument Valley et qu’on pouvait trouver sur place : elle y est toujours ?
    Quel voyage tu t’es tapé : le pied !!!!
    Salutations.

  4. -Bon, personne pour mon quizz ?
    >>>Mission to Mars? :p

    -Indice : il court toujours
    >>>T’en donne trop la… ca ne peut etre que Forrest, Forrest Gump.
    Ce paysage apparait peut-etre meme dans la scene ou il decide d’arreter de courir… a verifier.

  5. Ainsi donc, les ours et autres démons de la nuit t’ont épargné depuis notre rencontre à Reno… Je lis avec intérêt ton voyage, ayant traversé une partie de ces régions, mais toi, tu mettre les mots justes sur ce qu’on ressent à la vue de ces paysages magnifiques.
    Comme beaucoup, on ne peut s’empêcher de dire au retour dans notre vieille Europe:
    "JE REVIENDRAIS!!!!"
    Fais nous encore rêver et languir de ce magnifique voyage que tu nous fais.
    Bye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *