USA’10 – Day 4 – BANG, BIM et BOUM

La journée a commencé très tôt. Vers 1h du matin pour être précis. Hier soir, alors que je terminais le billet précédant, j’entendais la radio annoncer des orages plutôt musclés pour la nuit. Ouais mais comment dire, c’est que moi j’ai emporté la plus petite tente possible dans la valise, et que je sais pas si elle est capable de faire pour plus que la vingtaine d’euros qu’elle a couté, en particulier je ne parierai pas sur son étanchéité…

Prudent, je me dis que si ça tourne mal, je me réfugierais dans la voiture, et je m’endors – dans ma tente – sur ces belles pensées après avoir pris la peine de dégager la banquette arrière au cas où.

Deux heures plus tard, réveil en sursaut, tente qui secoue dans tous les sens. Bon si c’est que du vent, ça va. Je tends l’oreille et plic ploc plic ploc, j’entends les premières gouttes. Humm, pas bon… Puis BANG, un gros coup de tonnerre. Ho – ho…


Prise de décision : tous à la voiture !! J’attrape mon duvet, mon oreiller, tous ce qui craint l’eau, je jette tout à l’arrière – PLIC PLOC PLIC PLOC – ça se renforce, je retourne (10 mètres) à la tente pour vérifier que tout est OK et vlan, ça commence à tomber fort. Je ferme en quatrième vitesse et cours à la bagnole, en calbut’ et à moitié trempé. Temps total : moins d’une minute, et après ça le déluge.

Bon, bien au sec sur la banquette cuir de ma Malibu, je me ré-endors sans demander mon reste. Réouverture des yeux à 8h du mat, l’orage est passé, j’ai plutôt bien dormi, et la tente est toujours là et a priori bien sèche. Morale de l’histoire : les tentes Quechua 2 secondes, c’est imbattable.

Après cette minute de pub, que dire sans se répéter pour ce troisième jour à Oshkosh ? Et bien que justement, les jours se suivent et ne se répètent pas. Ce matin, le ciel étant encore quelque peu morose, je vais visiter le musée de l’EAA. Musée que je croyais petit. C’est mal connaitre les gens du coin finalement. J’y ai donc passé près de trois heures. Il faut dire qu’ils ont réussi à réunir quelques morceaux d’arts et comme souvent dans les musées américains, très bien présentés, éclairés, mis en valeur. On notera en particulier une salle complète dédiée aux frères Rutan, Burt l’ingénieur et Dick le pilote, avec le premier VariEze, SpaceShip One #2, une réplique de la cabine de Voyager. Sans parler du Bugatti 100 et du proto du P-51.. entre autres, Et BIM !

En face du musée, une paires de hangars «d’époque», pleins d’avions d’époques, là encore plus beaux que s’ils sortaient d’usines. Le moindre de ces hangars vaut le petit musées français. Pour l’après midi, show aérien, et encore une fois, troisième jour, troisième programme, avec en ouverture un «Vietnam Heritage» avec par exemple un Phantom (civil) et deux A4 (civils) et force pyrotechnie. BOUM ! Par exemple. Ou encore deux Thunderbirds qui passaient par là et qui s’arrêtent pour dire coucou. Et je vous passe le détails sur les démos de voltiges absolument dingues comme ils savent en faire de ce côté ci de l’Atlantique.

Troisième journée, et toujours cette impression d’en avoir vu que la moitié. Demain au programme, un petit détour par la base hydravions sur le lac Winnebago, à quelques kilomètres d’ici et puis toutes les surprises que cet événement me réserve depuis le début. Mais d’ici là, c’est une nuit complète qui m’attend… dans ma tente !

PS : Pour les photos, rendez vous sur FaceBook

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *