NZ Day 7 – Un jour sans fin

Avez-vous déjà vu « Un jour sans fin » avec Bill Murray, dans lequel il revit tous les jours la même journée, journaliste coincé dans un patelin du fin fond des Etats-Unis à couvrir la fête locale de la marmotte pour la télé locale ? Alors vous saurez notre impression quand, en ouvrant les rideaux nous avons vu une énorme couche nuageuse au-dessus de la région.
Silver Fern

Comme la veille, une heure de route pour aller sur le Taranaki, le volcan local, comme la veille aucun relief visible tellement la couche est basse, comme la veille une route qui monte gentiment avec l’espoir de passer au dessus des nuages, comme la veille une visibilité qui tombe à zéro arrivée au Visitor Center et comme la veille pas le moindre volcan en vu, alors qu’on parle là encore d’un sommet qui culmine à plus de 2500m, le Fujiyama local. Bon, on connaît la musique même si on apprécie moyennement l’orchestration, on passe 20 minutes au Visitor Center, mais là même pas la peine d’espérer la moindre amélioration.

Taranaki .. en bois

Le Taranaki .. en bois

Youpi !

et là en vrai !

Le Lonely Planet nous fournit un plan B avec la recommandation d’un petit musée local, Tawhiti Museum, 80km au sud dans un bled plutôt connu pour ces spots de surf, Hawera. C’est la bonne surprise de la journée car ce petit musée situé dans une ancienne laiterie est l’œuvre d’un unique homme, instituteur de son état et modéliste de génie. Il a accumulé au cours des ans une quantité astronomique de matériel d’époque de toutes sortes et a décidé de mettre en scène à l’aide de personnages en cire et de dioramas plus vrais que nature, l’histoire de son pays et plus particulièrement des Pakehas, les hommes blancs. A travers leurs différents métiers, leurs occupations, il vous transporte dans la Nouvelle-Zélande du siècle dernier. L’histoire des Maoris est également traitée, avec des dioramas géants qui illustrent leur mode de vie, l’organisation de leur Pa, le village fortifié, ou encore les guerres qui ont émaillée leur histoire. Pour $10, une broutille dans un pays où les billets de 50 partent comme des petits pains, c’est un must.

Tawhiti Museum

Tawhiti Museum

Tawhiti Museum

Tawhiti Museum

Tawhiti Museum
Tawhiti Museum

Nous poursuivons ensuite la route, toujours sous la pluie et toujours sans voir le Taranaki qui domine pourtant la plaine, direction Wellington pour passer vers l’Ile du Sud. La nuit est déjà tombée quand nous arrivons en face de l’ile Kapiti, au nord de la capitale. Nous cherchons un camping à tâtons dans le noir et notre première tentative nous amène dans un site aux allures bizarres, ce n’est pas vraiment marqué camping ou holiday park à l’entrée, par contre il y a un grand slogan « Life happens here ». Il y a un centre de conférence, pas très habituel pour un camping, et nous avons la désagréable impression d’être tombés au milieu d’une secte. Demi tour immédiat, et nous apprendrons le lendemain qu’il s’agissait d’un camping chrétien, nous n’étions pas loin de la vérité. La deuxième tentative sera la bonne, et nous nous couchons quand même dégoûtés de ne même pas avoir pu voir – ni même entre apercevoir – les trois plus grands volcans de l’Ile du Nord. Demain  nous serons à Wellington, ultime étape avant de monter sur le ferry pour rejoindre l’île du Sud. A part peut être pour Rotorua et Auckland, nous avons un quand même le sentiment d’être passé à côté de beaucoup de choses à cause de la météo. Il faudra revenir.  Mais demain est un autre jour. Demain le soleil brillera.

 

Day 7 - Du Taranaki à

Day 7 – Du Taranaki à Waikanae

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *